Les mangroves de Madagascar : victimes collatérales du Covid-19

Photo
Mangroves.

Les mangroves de Madagascar : victimes collatérales du Covid-19

Contenu

Dans de nombreux pays, les répercussions économiques du Covid-19 se font sentir. Elles peuvent être catastrophiques pour des populations qui n’ont aucune épargne et vivent de leurs revenus quotidiens. À Madagascar, une des clés de la survie tient dans le défrichement des zones de mangroves, écosystèmes fragiles et essentiels à la biodiversité de la Grande île.

La protection de l’environnement peut-elle être mise en balance avec la survie économique des populations ? À Madagascar, cette question très compliquée devient aujourd’hui brûlante. Les mesures de confinement ont mis à l’arrêt tout le circuit de distribution et d’écoulement des produits de la pêche et de l’agriculture sur l’île. Conséquence : les prix chutent et les revenus des petits producteurs, déjà fort maigres, sont réduits à néant. Pour faire vivre leurs familles, ils n’ont d’autre choix que de se tourner vers le défrichement et la vente du bois issus des forêts de mangroves. Ces dernières forment un écosystème fragile et vital à la biodiversité de l’île, qui est aujourd’hui mise en péril.

Louvain Coopération mène de nombreuses actions pour protéger et reboiser ces forêts, tout en sensibilisant les populations à l’importance de leur sauvegarde. Des efforts qui ont bien payé jusqu’ici, mais qui sont mis à mal par la situation actuelle. Pour mettre un terme à cette dégradation massive de l’environnement malgache, il est capital que les petits producteurs retrouvent un revenu décent et ne soient plus obligés de détruire ces forêts.

Louvain Coopération soutient ces pêcheurs, agriculteurs et leur famille, afin qu’ils surmontent cette crise sans précédent.

Vous souhaitez nous aider ?
Alors faites un don à Louvain Coopération. De tout cœur, Merci !