Karlien Jolie, 37 ans, prend les rênes de notre direction nationale en RDC

Photo
Karlien Jolie

Karlien Jolie, 37 ans, prend les rênes de notre direction nationale en RDC

Contenu

Dans quelques jours, Karlien Jolie s’envolera vers le Sud-Kivu pour prendre son poste de directrice nationale de Louvain Coopération en RDC. Rencontre avec cette jeune femme idéaliste à la veille de son départ.

Originaire de Gand, Karlien Jolie a entamé son parcours professionnel dans l’enseignement supérieur avant de se diriger vers le monde de la coopération au développement. « Il m’est difficile d’expliquer pourquoi, mais c’est une chose que j’ai en tête depuis que je suis toute petite. Partir dans le Sud pour faire quelque chose… », confie-t ’elle. Chez MSF puis 11.11.11, elle s’est forgé une expérience notamment en RDC, qu’elle souhaite aujourd’hui mettre au service des projets de Louvain Coopération en RDC.

Elle nous explique ce choix : « L’enseignement supérieur et le travail avec des jeunes sont synonymes de futur, de création d’idées et de rôle à jouer dans la société. Lier le monde académique et la coopération au développement me semble donc très intéressant. Par ailleurs, j’ai déjà travaillé en RDC et c’est un pays qui me fascine. J’ai très envie de le découvrir davantage. »

L’aspect très concret des projets de Louvain Coopération est une autre source de motivation pour Karlien. « Je pense que le travail de Louvain Coopération peut réellement faire une différence pour certaines personnes et leur famille, et il m’importe beaucoup de percevoir les résultats de ce que j’entreprends, d’autant plus dans un contexte complexe tel que la RDC ».

Evidemment, cette fonction ne sera pas de tout repos, surtout dans un tel contexte politique. « J’espère que les différents facteurs externes qui peuvent jouer sur les projets n’entraveront pas les résultats envisagés de notre travail… », nous dit encore Karlien.

Enfin, nous clôturons cet entretien sur les difficultés ou non d’occuper cette fonction en tant que femme, dans une société encore fort patriarcale. Karlien est heureuse d’avoir été choisie et souhaite faire de son genre une force plutôt qu’une faiblesse. « Les femmes congolaises sont en train de prendre plus de responsabilités et j’espère que mon exemple leur montrera qu’il est tout à fait normal qu’une femme prenne ce type de fonction, et y réussisse… »