« Ce que j’aurai appris, ce sera vraiment la débrouillardise »

Etudiante en 2e master en Science de la Population et du Développement et intéressée par l’Education à la Citoyenneté Mondiale et Solidaire (ECMS), Anne-Claire a décidé de faire son stage chez Louvain Coopération.

Comment as-tu trouvé ton stage chez Louvain Coopération ?

Je cherchais un stage dans le cadre de mes études. Dans mon cursus, le stage n’est pas obligatoire, mais je voulais avoir un premier contact avec le monde du travail. C’est en cherchant sur internet que j’ai vu que l’ONG cherchait régulièrement des stagiaires dans le secteur de l’Education à la Citoyenneté. Comme c’est un secteur qui m’intéresse et que j’avais déjà pu approcher en tant que bénévole, je me suis lancée.

 

Quel est l’objectif de ton stage ?

Etant donné que j’ai déjà pu approcher ce secteur en tant que bénévole dans l’animation d’activités, mon intérêt était de travailler en tant qu’ « employée » pour voir l’envers du décor, les réflexions derrière les activités et les projets mis en place.

 

Quelles sont tes tâches au quotidien ?

Elles sont assez variées. En début d’année, je me suis occupée de l’organisation de Campus Plein Sud. Dans le cadre de cette campagne, j’ai dû trouver une exposition, par exemple. Mon travail consistait à prendre contact avec les personnes concernées, à faire amener l’exposition et puis à l’installer. Je fais également un peu de communication sur les événements.

 

Tu as pu te rendre sur le terrain, avec Campus Plein Sud ?

Oui, lorsque que les événements de la campagne ont été lancés, je suis allée sur place pour vérifier que tout se passait bien et suivre ça de plus près. Mais ça, c’est plus spécifique à la campagne Campus Plein Sud. Au quotidien, il y a vraiment les deux aspects : le travail de bureau à faire en amont et puis les événements.

 

 Est-ce que le stage répond à tes attentes ?

Tout à fait ! Et même plus que ce à quoi je m’attendais ! On a toujours une idée toute faite a priori, mais, quand on le vit vraiment, il y a beaucoup de choses auxquelles on n’a pas du tout pensé.

 

Comment est l’ambiance au sein de l’équipe ?

 L’ambiance est vraiment chouette. On sent que l’équipe a l’habitude d’avoir des stagiaires. C’est une force parce que, même si on est là pour une courte période, on est directement impliqué. Il faut se montrer curieux et s’accrocher. On est très vite livré à nous-même, mais d’une bonne manière. On nous fait confiance et on nous laisse avancer de notre côté. De temps en temps, on fait des réunions pour voir où chacun en est dans la réalisation de ses tâches, qui sont bien définies.

 

Vous êtes plusieurs stagiaires dans le département, comment vous répartissez-vous le travail ?

Il y a vraiment du travail pour tout le monde. En arrivant, Stéphanie et Fiona nous expliquent tous les projets sur lesquels elles sont en train de travailler. En fonction de nos intérêts personnels, de nos envies, on choisit les projets sur lesquels on aimerait s’investir. On s’arrange entre nous également.

 

Qu’est-ce que cette expérience t’aura apporté ? Que retiendras-tu à la fin de ton stage ?

Ce que j’aurai appris, ce sera vraiment la débrouillardise. C’est quelque chose qui m’a vraiment marqué quand je suis arrivée : on m’a prévenue que les stagiaires n’étaient pas considérés comme des stagiaires, ce qui permet de valoriser leur travail. Au début, j’ai eu un peu peur, car je suis là pour travailler, mais aussi pour apprendre. Il y a quand même des choses que je ne sais pas encore ! Mais le fait d’être assez libre m’a permis d’apprendre à avoir des échéances et à prendre conscience que mon travail a des conséquences sur nos objectifs, nos résultats.

About Author

Emilie Stainier
editor

NO COMMENTS

Leave a Reply