Campagne 1+1 : mutuelles de solidarité et alphabétisation

Depuis novembre 2017, l’UCL et son ONG, Louvain coopération, mènent ensemble la grande action de solidarité 1+1. Pour financer un projet en République démocratique du Congo, l’UCL s’engage à doubler chaque euro versé par un membre de son personnel*.

Louvain Coopération soutient le développement économique et promeut la cohésion sociale dans les pays où elle intervient. En RDC, et plus précisément dans la province du Sud-Kivu, elle mène un projet complémentaire d’alphabétisation de la population et d’accès aux Mutuelles de Solidarité (caisses d’épargne communautaire et de crédit).

Dans cette région particulièrement pauvre, une grande partie de la population et la grande majorité des femmes ne sait ni lire, ni écrire, ni compter. Suite aux guerres à répétition depuis près de deux décennies, la situation économique et sociale s’est dégradée, représentant un véritable frein au développement économique des ménages.

L’objectif de Louvain Coopération est de donner à ces populations, et principalement aux femmes, des outils leurs permettant de s’investir davantage dans la communauté et son développement économique. Pour cela, l’ONG de l’UCL se concentre notamment sur l’alphabétisation des adultes, qui représente un moyen pour ceux-ci d’exercer un plus grand contrôle sur leur vie.

Il est difficile, pour des personnes qui ont appris à lire, écrire et calculer dès le plus jeune âge, de réaliser les conséquences qui découlent de l’analphabétisme et de l’incapacité à manier les nombres. Pour ces populations, il ne s’agit pas d’un confort mais d’une nécessité afin d’éviter l’exploitation. À titre d’exemple, lors de la vente de leur récolte, certains paysans ne peuvent pas savoir si le prix qui leur est offert est honnête ou non car ils n’en connaissent pas la valeur. Dans leur quotidien, les personnes analphabètes sont également confrontées à de nombreuses difficultés ; elles ne peuvent pas signer une fiche de présence, exercer leur droit de vote, composer un numéro de téléphone, …

Les formations proposées sont source d’émancipation et, couplées aux services des Mutuelles de Solidarité (MUSO), elles constituent de véritable « tremplins vers le changement ». Chaque année, des centaines d’apprenants et de familles terminent leur formation ou bénéficient des conseils, des prêts et du système d’entraide mis en place à travers les MUSO notamment. Les personnes qui savent lire, écrire et calculer peuvent contrôler ce que les MUSO font de leur argent et comprendre les traces écrites qui résultent des échanges et réunions. On évite donc un climat de méfiance au sein de ces mutualités et on offre la possibilité à ceux qui suivent les cours de participer au développement économique de leur région.

Denise Ndoriyobija, témoigne de son expérience : « J’ai même introduit de nouvelles techniques dans l’exploitation de nos champs telles que je les ai apprises. Par conséquent, le rendement des cultures s’est nettement amélioré par rapport aux années antérieures. Les voisins qui se moquaient de moi en me voyant fréquenter le Centre d’alphabétisation sont étonnés lorsqu’ils regardent ce que je réalise aujourd’hui grâce à l’alphabétisation. ».

Se regrouper pour épargner

Les mutuelles de solidarité sont de petits groupes, de 10 à 20 personnes (parfois plus), qui sont formés soit sur base d’une appartenance à un même corps de métier, soit parce que les membres font partie d’une même communauté. Elles possèdent plusieurs caisses d’épargne qui servent, notamment, à des crédits destinés à des projets d’investissements ou à soutenir des membres lors d’événements particuliers (naissance d’un enfant, mariage, enterrement, maladie etc.). Elles sont gérées par les bénéficiaires eux-mêmes, soutenus par Louvain Coopération, dont le rôle est de proposer une méthode de travail, d’offrir une éducation ou encore de sensibiliser à la gestion financière. L’objectif de ces Mutuelles de Solidarité est double : il s’agit de renforcer la cohésion sociale tout en luttant contre la pauvreté et la faim grâce à la mise en place d’activités génératrices de revenu.

Les dynamiques sous-jacentes à ces nouveaux dispositifs font par ailleurs l’objet de recherches importantes à l’UCL afin de mettre en lumière la manière dont les femmes s’approprient ces mutuelles de solidarité.

Les MUSO et les cours d’alphabétisation sont deux projets qui se renforcent et se complètent pour offrir aux habitants du Sud-Kivu la possibilité de prendre leur destin en main.

Vous souhaitez, vous aussi, soutenir ces projets et prendre part à la grande campagne de solidarité 1+1 ? Rendez-vous sur notre page don (communication bancaire 1+1)

Chaque don compte !

De tout cœur, merci

*L’UCL double les dons de son personnel jusqu’à 35 000€

 

 

NO COMMENTS

Leave a Reply