Des chercheurs de l’UCL soutiennent leur ONG

Les chercheurs de l’UCL, le Prof. Benoît Macq et le Dr. Jonathan Orban de Xivry viennent de rétrocéder les revenus liés à un important projet scientifique à Louvain Coopération, l’ONG de l’UCL. Une démarche inédite et très positive.

Des prouesses scientifiques et technologiques qui viennent en appui aux actions de développement dans les pays du Sud. A priori, ce schéma semble peu probable. Pourtant, Benoît Macq, professeur au pôle ingénierie électrique de l’UCL, vient de nous prouver le contraire. Responsable d’un projet de recherche sur le traitement du cancer, il vient de rétrocéder les revenus attachés aux découvertes de son équipe à Louvain Coopération pour financer les projets de l’ONG. 15.000 euros qui iront directement en aide aux populations les plus vulnérables des pays du Sud.

Ce projet se nomme ImagX. Né d’un partenariat public-privé entre l’UCL, la société IBA et la Région wallonne, il vise à améliorer les traitements contre le cancer. « Nous avons travaillé pendant quatre ans pour mettre au point un mini-scanner. Ce matériel peut être déployé dans les appareils de protonthérapie afin de vérifier que tout se déroule bien durant le traitement », explique le Professeur Macq. Ce système d’imagerie appellé « Cone Beam CT » permet de guider la protonthérapie grâce à des images 3D prises en temps réel. Ces images garantissent un suivi précis des mouvements du patient et des modifications anatomiques qui ont lieu au cours du traitement. Les médecins peuvent donc cibler très précisément l’endroit et l’instant d’envoi des doses de protons destinées à combattre une tumeur.

La science vient en aide au développement des pays du Sud !

Cette découverte révolutionnaire, étape majeure dans la lutte contre le cancer, a également bénéficié au développement des pays du Sud. « Nous ne savions pas très bien comment répartir, au sein de l’équipe de chercheurs, les revenus liés à ce projet. Nous avons donc décidé de les rétrocéder à Louvain Coopération pour financer les projets de l’ONG dans les pays du Sud », dit encore Benoît Macq. « Je pense que c’est une belle solution et, si je peux inspirer certains confrères pour qu’ils fassent la même chose, pourquoi pas ! »

Les rapports du Professeur avec Louvain Coopération ne s’arrêteront sans doute pas en si bon chemin. L’un de ses nouveaux sujets de recherche pourrait bien modifier la médecine dans les pays du Sud. « Le scanner que nous avons conçu pour la protonthérapie est robuste et consomme peu d’énergie. Nous souhaitons en faire un outil qui soit utilisé dans les pays en voie de développement. Les modèles de scanners classiques tombent trop vite en panne, sont rarement réparables, ne sont plus fonctionnels en cas de coupure de courant… Nous voulons concevoir un appareil qui puisse résister à ces contraintes. A partir d’un modèle High-tech, nous voulons produire du Robust-tech, qui soit applicable au contexte des pays en voie de développement… »

About Author

Alexandra Jacoby
administrator

NO COMMENTS

Leave a Reply